Dans quel quartier s’installer comme ostéopathe pour exercer à Lyon ?

Lorsqu’on travaille dans une ville telle que Lyon, il n’est pas toujours simple de dénicher un logement dans un quartier qui réponde à nos nombreuses exigences. Proximité des transports, des commerces ou encore des espaces verts, nous vous dévoilons les meilleurs quartiers de la ville.

La Presqu’île : un quartier coup de cœur

La Presqu’île est un endroit qui ne manque pas d’atouts pour les travailleurs lyonnais. En effet, ce quartier chic situé au cœur de Lyon s’impose indéniablement comme l’un des lieux les plus charmants grâce à son architecture atypique. La Presqu’île est également le quartier rêvé pour exercer, car il profite d’une majeure partie de l’activité touristique et économique de la ville.

La Croix-Rousse : un village dans la ville

Secteur particulièrement apprécié du street art lyonnais et des artistes, la Croix-Rousse séduit par ses airs de petit village. Accueillant autrefois les canuts, ce quartier est devenu un lieu privilégié qui attire de plus en plus les jeunes travailleurs. À la fois animée et festive, la Croix-Rousse vous offre aussi une vue panoramique à couper le souffle sur la sublime métropole depuis votre programme neuf à Lyon. Rien de tel pour se détendre après une longue et dure journée au bureau !

La Part-Dieu : le quartier d’affaires par excellence

Vous êtes tombé sous le charme du 3e arrondissement lyonnais ? Foncez sans plus tarder en direction du quartier de La Part-Dieu pour dénicher un programme neuf à Lyon 3 qui correspondra à vos envies, vos besoins et vos attentes ! Vous pourrez ainsi admirer les gigantesques espaces contemporains abritant de nombreuses entreprises. De plus, ce quartier est situé à proximité immédiate de la gare desservant l’axe Lille/Marseille.

Gerland : un quartier en plein essor

Situé à l’entrée sud de la métropole lyonnaise, Gerland bénéficie d’une situation géographique stratégique, tout en présentant un marché immobilier aux prix inférieurs d’environ 20 % à ceux du quartier de La Part-Dieu. Un lieu qui s’avère ainsi idéal pour exercer à Lyon sans exploser son budget !

jardinage-comment-eviter-mal-de-dos-conseils

Jardinage : comment éviter le mal de dos ?

Entre passion du jardinage et mal de dos, vous ne savez pas quel camp choisir… Cela vous étonnera peut-être mais des solutions simples peuvent vous permettre de jardiner tout en évitant les douleurs de dos. Voici comment !

Choisir les outils adaptés

Bêcher, pousser une brouette, déplacer les pots de fleurs, entretenir le gazon… autant d’activités qui rendent le jardinage pénible lorsqu’on a le dos fatigué et douloureux.

Pour faciliter le jardinage, préférez des outils à manche long : binette, crocs, griffes, sarcloir, bêche, pelle… Rien que la préparation de la terre peut être beaucoup plus agréable que vous le ne le pensez. Oubliez le motoculteur ou le labourage traditionnel tous deux très physiques. Passez plutôt à des méthodes plus douces.

Par exemple, investissez dans une grelinette : cette fourche à bêcher, large et à dents biseautées, permet d’aérer le sol sans même se pencher. Si vous devez transporter quelques charges, optez pour des solutions comme le diable ou la brouette ergonomique équipée de pneus pour plus de confort.

Faire preuve d’astuce

Si vous aimez vous occuper de votre potager et en récolter les fruits (et légumes), investissez dans un bac à potager. Surélevé, il permet de jardiner à 90 cm de hauteur pour un adulte avec une surface de culture d’1,90m sur 1,90m. Vous pouvez aussi opter pour des bacs plus petits selon vos besoins.

D’autres adeptes du jardinage 100% confort pourront choisir la culture sur ados : elle permet de créer des rangs de culture sur des buttes retenues par des planches latérales. En s’asseyant sur la planche, on peut s’occuper des plants tout en étant assis(e).

Pour ce qui est des petits actes de jardinage – paillage, application de désherbant, arrosage, récolte etc. -, utilisez quelques astuces faciles et salvatrices pour votre dos telles que :

  • Des bancs ou chaises pliables pour la taille ;
  • Préférer les plantes en suspension ou grimpantes ;
  • Procéder au paillage des pieds de plantes pour ralentir la pousse des mauvaises herbes ;
  • Choisir des légumes montants ou grimpants : artichauts, concombres, petits pois, épinard malabar…

 

Quelle que soit votre activité de jardinage, gardez toujours le dos droit et penchez-vous un minimum. Le tout est d’avoir une posture confortable et neutre lorsque vous jardinez

Ostéopathe qui manipule un nourrisson

Quand peut-on emmener son enfant chez un ostéopathe ?

Fin 2017, on dénombrait plus de 29 000 ostéopathes en France : un chiffre 2,5 fois plus élevé qu’il y a à 7 ans. Cela démontre l’intérêt de la population pour cette méthode thérapeutique douce. D’ailleurs, tout le monde peut bénéficier des bienfaits de l’ostéopathie et ce, dès la naissance. En effet, dans certains cas, il peut être intéressant d’amener son enfant ou son nourrisson chez un ostéopathe. Certains recommandent même de faire une consultation annuelle afin de vérifier que le squelette de l’enfant se développe normalement.

Après un accouchement difficile

L’une des premières raisons qui pourraient vous conduire à faire une consultation ostéopathique pour votre nourrisson, c’est suite à votre accouchement, notamment si celui-ci a été compliqué.

En effet, lors d’un accouchement par voie basse, le bébé subit de fortes pressions. Dans les jours qui suivent, voire même parfois dans les années qui suivent, cela peut induire des douleurs fonctionnelles.

En intervenant aussi tôt, l’ostéopathe pourra bénéficier de la malléabilité du squelette du bébé pour le soigner plus facilement. Dans tous les cas, son intervention est sans douleur et ne peut être que bénéfique.

D’ailleurs, certaines maternités ont déjà commencé à intégrer des ostéopathes au sein de leurs équipes médicales, afin de suivre le nourrisson dès sa naissance et lui assurer une meilleure croissance.

Pour que l’arrivée de bébé se fasse dans les meilleures conditions possibles, n’hésitez pas à vous renseigner sur le sujet et à lire des guides de prévention sur la grossesse et l’accouchement.

Aux périodes charnières de sa croissance

Plus un enfant grandit, plus son corps change : ses muscles se développent, son squelette se solidifie…

Pour éviter que des blocages se créent au niveau de la croissance, il est recommandé de faire suivre son enfant par un ostéopathe aux périodes charnières de son développement :

  • Vers 7-8 mois, lorsque bébé apprend à s’asseoir et qu’il doit donc adopter une nouvelle posture ;
  • Vers 1 an, quand il apprend à marcher : cette période est propice aux chutes qui peuvent créer des micro-traumatismes ;
  • Lors des poussées dentaires ou du port d’un appareil dentaire, pour s’assurer que le crâne s’adapte bien à ces changements ;
  • À l’adolescence, pour corriger les éventuels problèmes liés à la puberté qui peuvent causer des maux de dos, de l’angoisse, etc.

En complément de la médecine traditionnelle

Dans certains cas, il arrive que la médecine traditionnelle ne suffise pas à guérir les maux des enfants.

Si votre enfant souffre de troubles du sommeil, de troubles digestifs ou encore de troubles de l’attention, il peut être intéressant de lui faire consulter un ostéopathe.

Ce dernier pourra en effet explorer d’autres pistes que celles d’un pédiatre. Par exemple, si votre nourrisson se réveille très souvent la nuit, cela peut être dû à un torticolis provoqué lors de l’accouchement. Grâce à la palpation, un ostéopathe sera en mesure de le détecter et de rétablir la situation.

De même, si votre enfant fait souvent des otites ou des sinusites, l’ostéopathe pourra rechercher d’éventuels blocages mécaniques induisant ces infections.

Quoi qu’il en soit, un suivi ostéopathique ne dispense en rien d’un suivi médical traditionnel auprès d’un pédiatre ou d’un généraliste.

sante-alimentation-osteopathie

Ostéopathie et alimentation : le duo gagnant

Si vous suivez régulièrement des séances d’ ostéopathie, sachez que vous pouvez prolonger les effets de cette méthode thérapeutique en adoptant une alimentation saine et équilibrée. Quelques mesures diététiques simples peuvent ainsi contribuer à soulager vos douleurs.

Alimentation et santé, quels liens ?

Diabète, maladies cardiovasculaires, hypertension artérielle… On ne compte plus le nombre de pathologies pouvant être induites ou favorisées par notre alimentation. Même vos douleurs articulaires peuvent être implicitement corrélées à une alimentation inadaptée qui peut, par exemple, augmenter le processus inflammatoire à l’origine de l’arthrite ou de la tendinite. Vous l’aurez donc compris, ce que vous mangez peut avoir une réelle incidence sur votre organisme, car la nourriture sert, en quelque sorte, de carburant pour faire fonctionner votre moteur. Si l’essence est de qualité médiocre, la machine risque de s’encrasser, voire de tomber en panne. Ainsi, une consommation répétée de produits trop gras, trop sucrés ou trop salés peut entraîner un déséquilibre de la flore intestinale et, par conséquent, une malabsorption des différents nutriments indispensables au bon fonctionnement du corps humain.

Quelle alimentation faut-il adopter ?

L’alimentation constitue un axe thérapeutique à part entière de l’ostéopathie. C’est la raison pour laquelle la majorité des praticiens interrogent leurs patients sur leurs habitudes alimentaires afin de déceler d’éventuelles modifications ou corrections à apporter. Si l’alimentation sans gluten est actuellement en vogue, elle n’est pas forcément indiquée pour tout le monde, car le risque de carences glucidiques ou vitaminiques ne doit pas être pris à la légère. Cela ne signifie pas pour autant qu’il ne faille pas prêter une attention toute particulière à la composition des produits que nous mangeons. Privilégier une alimentation saine, c’est mettre de côté le maximum de produits raffinés au profit, par exemple, de produits sans huile de palme, d’aliments frais, variés et, si possible, d’origine locale.

Implantologie et appareil dentaire : le rôle de l’ostéopathe

Cela fait maintenant plusieurs années que l’on a pris conscience du rôle qu’avait à jouer l’ostéopathe dans tout ce qui s’agissait de problème dentaire. On fait le point à ce sujet.

A quel moment consulter un ostéopathe pour ses dents ?

Implantation dentaire, prothèse dentaire, appareil dentaire : zoom sur les raisons d’aller voir un ostéopathe

Saviez-vous que les mâchoires inférieures sont considérées comme la 3e paire de membre du corps ? Elles sont aussi importantes que les bras ou bien les jambes. A travers ce constat on peut facilement prendre conscience du rôle qu’elle joue dans la structure crânienne. Tout traumatisme autour de la structure buccale aura une répercussion sur l’ensemble du crâne. A l’image de membres supérieurs et inférieurs, l’occlusion dentaire en elle-même (c’est-à-dire le contact des dents les unes contre les autres), peut avoir une incidence sur les os du crâne, ceux du bassin mais également ceux du dos.

C’est pourquoi dentiste et ostéopathe, voire même orthodontiste lorsqu’il s’agit de mettre en place un appareil dentaire chez un adolescent par exemple, doivent travailler de concert et en parfaite synergie.  De ce fait lorsque vous demandez un devis pour un implant dentaire, il faudra également après l’intervention du dentiste que ce soit dans un centre d’implantologie dans les Côtes d’Armor ou ailleurs, que vous preniez rendez-vous chez un ostéopathe afin d’éviter le traumatisme buccale et les tensions inhérentes à ce type d’intervention.

Si dentistes et orthodontistes travaillent sur les parties visibles (implantologie, pose de prothèse dentaire, alignement des dents, intercuspidation, etc.), l’ostéopathe lui va travailler sur l’invisible : c’est-à-dire sur les micro-mouvements du crâne, que ce soit ceux des os ou bien des dents.

L’implantation de pivots, de couronnes dentaires, de ponts ou encore d’implants peut être à l’origine de micro-traumatismes qu’il sera bon de résorber, grâce à une visite chez l’ostéopathe.  A termes ces tensions crâniennes peuvent être la cause de douleurs dentaires, de tendinites à répétitions, de douleurs aux cervicales ou bien encore de migraines.

A quel moment consulter un ostéopathe pour  ses dents ?

– Avant même de connaître le prix de votre future prothèse dentaire, il est recommandé de faire un bilan chez un ostéopathe dès que vous savez qu’un important travail dentaire devra être fait. Il est préférable d’aller faire ces soins dentaires avec un crâne équilibré et libre de tension pour éviter les traumatismes.

– Après tout travail d’orthodontie ou d’implantologie afin de rééquilibrer votre structure crânienne et buccale.

– Dès que vous sentez une douleur, des gênes, des blocages au niveau de la mâchoire (ATM)

– en cas de migraines à répétition, de sinusites et de rhinites chroniques, de tendinites chroniques, de torticolis chroniques ou bien encore de douleurs cervicales, dorsales ou lombaires.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Séjour au ski : les conseils pour une bonne préparation

Alors que l’hiver bat son plein, c’est aussi la période des vacances au ski ! L’occasion de passer une semaine ou un weekend au ski en famille ou entre amis, afin de profiter de la neige et des sensations de glisse. C’est pourquoi vous trouverez ci-dessous quelques conseils et recommandations afin de bien préparer votre séjour au ski et éviter les blessures.

ski

Read more »

Vétérinaire et ostéopathie : focus sur le métier d’ostéopathe canin

Vous êtes un adepte de l’ostéopathie ? Si vous êtes l’heureux(se) propriétaire d’un chien, sachez que désormais, votre petit compagnon peut aussi bénéficier des bienfaits de cette discipline. Gros plan sur le métier d’ostéopathe canin.

osteo-canin Read more »

Quel canapé choisir pour ne pas avoir mal au dos ?

Le canapé est devenu un élément de décoration central du salon. Mais il n’est pas uniquement une pièce de décoration. Par son usage quotidien et familial, il est à la fois convivial et chaleureux. Et si vous avez des problèmes de dos ou une sensibilité au niveau des cervicales, il vous faut bien le choisir. Voici 3 conseils.

Quel canapé choisir pour ne pas avoir mal au dos ?

Quel canapé choisir pour ne pas avoir mal au dos ?

Read more »

Focus sur l’entorse et sur les conseils d’ostéopathe

Saviez-vous qu’en France on compte en moyenne plus de 6000 entorses par jour, qui touchent principalement la cheville ?

Commençons par définir ce qu’est une entorse : c’est un étirement des ligaments, pour les plus bénignes (appelés également foulure).

Dans les cas les plus graves d’entorses, il y a une rupture du ligament, avec quelques fois un arrachement osseux. Une immobilisation totale de l’articulation avec notamment la pose d’un plâtre, peut être envisagée dans ces cas-là. Focus. Read more »

Rando : quelle préparation physique pour éviter les blessures ?

Pour éviter les blessures sportives cet été nous vous proposons un petit tour d’horizon de ce qu’il faut faire pour préparer votre corps si vous comptez partir faire de la rando en montagne par exemple. En effet les recherches scientifiques ont prouvé qu’un programme de musculation couplé à un travail sur la souplesse, diminuait le risque de blessures, tout en permettant une meilleure récupération.

Quelques exercices de préparation physique à faire avant de partir en rando à la montagne !

Quelques exercices de préparation physique à faire avant de partir en rando à la montagne !

Read more »